divendres, 27 de gener de 2017

FRANÇOIS RICHARD

Cap el 1585 – 1650
 
Avui els porto aquest air de cour d'aquest compositor de qui no he trobat gairebé  cap dada, tot i haver-ne cercat, però...

Espero que els captivi tan com a una servidora. Alerta!! és adictiva. És tant delicada!!!!

Els deixo un fragment de la lletra, però no sencera, que tampoc hi és a la xarxa.

Amarante à des yeux dont mon ame est ravie,
J'admire leurs beautez, j'adore leurs appas :
Et je les nomme objets des plaisirs de ma vie,
Bien que de leur rigueur j'attende le trespas.

Je me trouble aussi-tost que j'aperçois leurs charmes,
D'un orage de pleurs que je ne puis tarir :
Mais je discerne encore à travers de mes larmes
L'esclat qui m'esblouit, et qui me fait mourir.

Beaux yeux, noirs et brillants de qui le feu me tuë !
Cruelz qui vous plaisez de me voir en langueur !
Ofusquez mes regards, esblouissez ma veuë :
Mais las ! ne passez point jusques dedans mon coeur !

Attirez seulement à vostre belle amorce
Les coeurs que vous sentez capables de vos dards,
Et laissez en repos un qui n'a pas la force
De soustenir l'esclat de vos moindres regards.


canta: CÉLINE SCHEEN